Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 23:29

Après avoir célébré début 2004 les poètes du Grand Jeu, Reims déploie en ce printemps des poètes 2009, 101 ans après sa naissance, tout un arsenal de manifestations pour sortir d’un oubli immérité le plus brillant d’entre eux : René Daumal. Ce « perpétuel incandescent » (titre d’un ouvrage collégial publié à son sujet) ne se contente pas, dans sa brève et fulgurante existence tendue entre les deux guerres (1908-1944), d’avoir fondé « ce mouvement de l’avant-garde que convoitèrent les surréalistes dès 1928, lorsqu’en perte de vitesse, ils comptaient en leurs rangs plus de peintres que de poètes » selon les mots d’Olivier Penot-Lacassagne, spécialiste d’Antonin Artaud et du Grand Jeu. « Daumal refuse cette récupération, et poursuit une quête spirituelle loin des embrigadements politiques, par une écriture entre rupture et ésotérisme. C’est un mystique, un grand poète, aussi puissant que Rimbaud, mais qui, à la différence de l’auteur du Bateau Ivre, mène sa vie et son œuvre avec une rigueur ascétique. Un penseur majeur reconnu par ses contemporains qui, à 23 ans, avait rédigé une traduction d’œuvres essentielles du sanskrit qui fait autorité aujourd’hui encore, et qui figurait, à moins de 25 ans, dans un Dictionnaire des grands philosophes de son époque.» 
Et les Rémois ont l’insigne chance de pouvoir (re)découvrir cette œuvre injustement méconnue du grand public : grâce à l’exposition richement documentée qui lui est consacrée à la Bibliothèque Carnegie depuis un mois déjà dans la plus grande discrétion (pas une affiche ne signale la présence en ses murs de ces précieux manuscrits !) et grâce aux deux lectures et conférences proposées mardi et mercredi prochains à la Médiathèque Falala par Philippe Vaillant : « René Daumal est habité d’une quête spirituelle qui le mène à la connaissance de la philosophie orientale. » S’il multiplie les expériences les plus diverses pour accéder à un niveau supérieur de connaissance, « il a su, dès 1930, alors que d’autres y sombraient,  rompre avec la consommation des drogues courantes dans le milieu de l’avant-garde». « Je veux être victorieux de l’être » écrit, consumé par son œuvre, sa quête mystique, et la tuberculose qui l’emporta à 36 ans, ce poète dont Bob Dylan s’inspira.

 
A la Médiathèque Falala, face à la Cathédrale : Mardi 24 mars à 18h30, « Poésie noire, poésie blanche », poèmes de René Daumal interprétés à la voix et la guitare par la Compagnie des 3 Mondes. Mercredi 25 mars à 18h30 : conférence de Philippe Vaillant sur « La vie et l’œuvre de René Daumal. »
A la Bibliothèque Carnegie, l’exposition « René Daumal, l’ascension continue » se poursuit jusqu’au 2 mai 2009. Entrée libre. Tél : 03.26.77.81.41.
Sans oublier ce samedi 21 mars à 14h30, toujours à la Médiathèque Cathédrale, la prometteuse plongée dans « La Divine Comédie » à travers gravures, sculptures et fresques : « Dante, de l’enfer au paradis », film de Thierry Thomas qui analyse en beauté et en images le chef d’œuvre du poète florentin.
Article paru dans l’Union sous nom marital le 21 mars  2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Paulerville - dans Culture - livres
commenter cet article

commentaires

Anne Paulerville

  • : La danse du sens
  • La danse du sens
  • : Ce site est un book en ligne où sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008. La consultation par catégories facilite la lecture.
  • Contact

Il paraît que le sens peut danser sur les mots


Ceci est un book en ligne. Y sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008, toujours au minimum une semaine après leur publication, afin d'y être consultés si besoin est.
La lecture par catégories facilite l'approche.

Nota bene
Ces textes furent rédigés pour une presse dite populaire : la prise en compte du lectorat limite donc l'usage des références culturelles et des figures stylistiques.



Recherche

Archives