Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 22:50

Après avoir accueilli depuis la rentrée de septembre pas moins de treize spectacles allant de la danse contemporaine au cirque en passant par la musique ou le cinéma, le Manège continue de faire tourner la tête de ses spectateurs et propose dix autres manifestations pour le premier trimestre de 2009. Poursuivant une programmation toujours aussi éclectique, il injecte en des lieux abrités de vieilles pierres l’énergie d’un art d’avant-garde.

En effet, les bâtiments seuls du Manège et du Cirque, inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, méritent le détour. Conçus au XIXème siècle par l’architecte Narcisse Brunette, ils furent ouverts pour la première fois en 1867, et comptent, entre autres lettres de noblesse, le passage sur leur scène de la mythique tragédienne Sarah Bernhardt. Mais c’est en 1991 que les deux édifices furent réhabilités. Ils sont désormais estampillés « scène nationale ».

 La saison 2009 s’inaugure le quinze janvier avec un spectacle intitulé « Sens altérations » qui associe quatre chorégraphes et trois parties, et aborde au moyen de la danse des thèmes aussi bien politiques que plus personnels.

Cinq jours plus tard, ce sera Halfaouïne, représentation à laquelle prête son nom un quartier de Tunis. En plus d’avoir inspiré il y a dix-huit ans le beau film du cinéaste Férid Boughedir : Halfaouïne, l’enfant des terrasses, le quartier abrite traditionnellement les artistes : chanteurs, poètes, acteurs, danseurs, sans oublier l’école de cirque qui s’y est implantée, inspirée notamment par le CNAC (Centre National des Arts du Cirque) de Chalons en Champagne. Les prouesses acrobatiques des danseurs seront accompagnées de chant soufi, comme pour recréer l’atmosphère de ce lieu d’outre Méditerranée.

De plus, deux autres soirées baptisées « Les grands soirs du Manège » prêtent la scène du Cirque aux univers d’artistes particuliers afin que s’en dégage leur propre alchimie. Les trois et quatre février d’abord, les « hommes penchés », sous la direction de Christophe Huysman, donnent leur virtuosité en spectacle autour d’un agrès expérimental et virevoltant, un mât nommé « mâtitube ».

Le 17 février ensuite, le « Vivarium studio » de Philippe Quesne construit un univers onirique qui tient de la boîte à malice : plasticiens, acteurs, danseur-musicien et bricoleur lunaire se croisent dans une atmosphère singulière et inclassable.


Publié dans l'Union sous nom marital le 24 décembre 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Paulerville - dans Culture - scènes (autres)
commenter cet article

commentaires

Anne Paulerville

  • : La danse du sens
  • La danse du sens
  • : Ce site est un book en ligne où sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008. La consultation par catégories facilite la lecture.
  • Contact

Il paraît que le sens peut danser sur les mots


Ceci est un book en ligne. Y sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008, toujours au minimum une semaine après leur publication, afin d'y être consultés si besoin est.
La lecture par catégories facilite l'approche.

Nota bene
Ces textes furent rédigés pour une presse dite populaire : la prise en compte du lectorat limite donc l'usage des références culturelles et des figures stylistiques.



Recherche

Archives