Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 22:46


 C’est en 2001 qu’Emmanuel Demarcy-Mota fut nommé à la tête de la Comédie de Reims, succédant ainsi à Christian Schiaretti qui l’avait dirigée pendant une décennie.
Très vite, il crée deux festivals : « Reims scène d’Europe », qui accueillit, jusqu’à cet automne de nombreux spectacles d’origines diverses (cette année notamment, des pièces d’Allemagne, de Belgique, d’Italie, des musiques d’Irlande ou de Finlande, …) et « Reims à scène ouverte » qui se termine aujourd’hui après avoir prêté sa scène à de grands noms de la littérature contemporaine (Houellebecq, Modiano, Annie Ernaux…) mais aussi à des classiques du XXème siècle (Romain Gary, Georges Perec,…) ou à des plumes intemporelles (Shakespeare, Madame de Lafayette, Louise Labé,...). Le rayonnement de la Comédie se confirme, puisque les acteurs qui incarnent les textes ne sont pas des inconnus, loin de là : ainsi Reims a-t-il reçu ces dix derniers jours la visite, entre autres personnalités, d’Edouard Baer, de Marianne Faithfull ou de Jacques Gamblin qui offrait hier soir l’intensité de sa présence aux lettres du front de la Première Guerre Mondiale du peintre Fernand Léger.
C’est à l’occasion de la clôture de « Reims à scène ouverte », aujourd’hui même, qu’Emmanuel Demarcy-Mota reçoit la distinction de chevalier des Arts et des Lettres.
Et c’est autant à sa carrière de metteur en scène que de directeur de théâtre qu’il doit ce titre.
Durant son mandat à la Comédie en particulier, il met en scène la pièce Rhinocéros d'Eugène Ionesco qui fut jouée lors d’une tournée dans de nombreuses salles françaises en 2006.
Ce n’est d’ailleurs pas la première décoration qu’il reçoit, puisqu’en 1999, le Prix de la révélation théâtrale lui est décerné par le Syndicat national de la critique dramatique et musicale, pour sa mise en scène de Peine d'amour perdue.
Emmanuel Demarcy-Mota achève son septennat rémois dans une atmosphère d’accomplissement : « Voici bientôt sept ans que je dirige la Comédie de Reims, que nous réalisons année après année la maison de théâtre et le projet dons nous avions rêvé. » Il n’oublie pas de souligner la cohérence de sa succession, qui devrait s’inscrire dans la continuité de sa démarche : « Je travaille avec joie à ce que le passage de relais avec mon successeur, Ludovic Lagarde, se passe de la meilleure façon. J’ai invité très régulièrement ses créations à la Comédie, et nous défendons depuis toujours ses projets authentiquement artistiques. »

A 37 ans, Emmanuel Demarcy-Mota succède donc à Gérard Violette au Théâtre de la Ville de Paris. Et même si on lui doit la programmation de la suite de la saison 2008-2009, ce sera désormais son successeur, Ludovic Lagarde, qui assurera l’avenir du « Centre Dramatique National Champagne-Ardenne », puisque tel est le petit nom administratif de la Comédie.



 Publié dans l'Union sous nom marital le 20 décembre 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Paulerville - dans Culture - rencontres
commenter cet article

commentaires

Anne Paulerville

  • : La danse du sens
  • La danse du sens
  • : Ce site est un book en ligne où sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008. La consultation par catégories facilite la lecture.
  • Contact

Il paraît que le sens peut danser sur les mots


Ceci est un book en ligne. Y sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008, toujours au minimum une semaine après leur publication, afin d'y être consultés si besoin est.
La lecture par catégories facilite l'approche.

Nota bene
Ces textes furent rédigés pour une presse dite populaire : la prise en compte du lectorat limite donc l'usage des références culturelles et des figures stylistiques.



Recherche

Archives