Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 01:05

La culture, ce n’est pas toujours courir après l’actualité, se ruer de concerts en expos. La culture, c’est aussi ce qui résiste aux modes, ce qui est hors du temps, ce qui reste quand on a fini de se hâter.


En mai, lis ce qui te plaît. Pourquoi donc faudrait-il toujours plier ses curiosités aux impératifs de ce qui vient de sortir, de ce qui vient de paraître, et disparaîtra souvent aussi vite qu’il est apparu ? Alors voilà, aujourd’hui, ce n’est pas l’actualité culturelle qui dicte le sujet : c’est l’air fleuri de la saison et les pâquerettes du gazon. 
Car il faudrait certes beaucoup d’abnégation pour avoir envie de s’enfermer dans une salle obscure quand le ciel offre un terrain de jeu si accueillant aux vocalises des oiseaux. Et pour donner une caution culturelle à cette contemplation bucolique qui a toujours inspiré les poètes avant même les Géorgiques de Virgile et le thème de la « Reverdie » au Moyen Age, et bien loin de l’instauration ministérielle du « Printemps des Poètes », on aura soin de se munir d’un mode d’emploi adéquat, où l’on vous explique qu’il est normal que nulle lecture ne résiste pas à la concurrence déloyale que lui livrent le vert translucide d’un feuillage qui danse au rythme de la brise et la virtuosité des merles. Or l’auteur qui sait le mieux capter le plus infime frémissement de la nature dans ce qu’elle a de plus humble et de plus touchant, c’est Christian Bobin. 
Cet orfèvre de la métaphore vit toujours au Creusot où il est né en 1951, loin de l’agitation parisienne et des mondanités. Isolé des autres, réuni au tout, il contemple la beauté des choses, sans crainte d’être moqué par les snobs qui ne jubilent jamais autant que dans le mépris de ce qu’ils ne comprennent pas. 
La plume de Christian Bobin, c’est avant tout un regard, celui de l’artisan solitaire et solaire dont l’œil et la main travaillent en chœur : « Quand je me penche sur une phrase pour la polir, le monde n'est plus qu'un duvet d'oie volant dans la chambre. » Ou encore : « Un seau rempli de lumière. On le renverse d'un seul coup sur le carrelage de papier blanc. »
Philosophe sans dogme, il forge néanmoins la « théorie du brin d’herbe » : « Je me nourris de ce que le monde néglige. Je prends conseil auprès de ces choses sans valeur. Je prends conseil et je prends soin. J'écris. […] Les brins d'herbe passent leur temps à ça : danser au moindre prétexte et remercier pour les grâces chaque jour reçues. » (Autoportrait au radiateur)



Une bibliothèque de nuages

Ce titre de recueil pourrait à lui seul définir son œuvre complète, comme la Comédie humaine pour Balzac ou les Rougon-Macquart pour Zola.
Publié dans la prestigieuse collection blanche NRF de Gallimard, Christian Bobin n’en délaisse pas pour autant les petites maisons d’édition qui l’ont fait connaître et qui confectionnent de somptueux petits ouvrages sur un papier qui appelle autant la caresse du regard que celle des doigts : Fata Morgana, Lettres Vives, Le Temps qu’il fait, etc…
Les titres seuls de ses œuvres sont tout un programme : De la Part manquante à la Présence pure, du Très Bas à la Lumière du Monde, de l’Inespérée à la Plus que vive, de Souveraineté du Vide à L’Enchantement simple, de Mozart et la pluie à l’Autoportrait au radiateur, ils déclinent une présence au monde qui caractérise ceux dont on dit au contraire qu’ils en sont absents : les distraits qui savent voir ce qui échappe à la vision parcimonieuse et crispée du consommateur, ceux qui sont ailleurs que dans la course sourde et myope au toujours plus.
« Ma vie est bien plus belle lorsque je n'y suis pas » confie-t-il dans son Autoportrait au radiateur.


Publié dans l'Union sous nom marital le 2 mai 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Paulerville - dans Culture - livres
commenter cet article

commentaires

Anne Paulerville

  • : La danse du sens
  • La danse du sens
  • : Ce site est un book en ligne où sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008. La consultation par catégories facilite la lecture.
  • Contact

Il paraît que le sens peut danser sur les mots


Ceci est un book en ligne. Y sont archivés la plupart des deux cents articles publiés dans la presse depuis octobre 2008, toujours au minimum une semaine après leur publication, afin d'y être consultés si besoin est.
La lecture par catégories facilite l'approche.

Nota bene
Ces textes furent rédigés pour une presse dite populaire : la prise en compte du lectorat limite donc l'usage des références culturelles et des figures stylistiques.



Recherche

Archives